Sortie Locale - 30 décembre 2012

Ambarès 12h10. 30 décembre 2012

"Mais Corinne, ouvre-moi ! hurlais-je à genoux les bras au ciel devant la porte d'entrée fermée à double tour. C'est moi, countadour, ton mari, s'il te plait..."
"Non c'est impossible ! Mon mari est habillé en costume cravate et conduit une renault mégane ! Aboya-t-elle derrière la porte en serrant les enfants dans ses bras. De plus il ne sent pas la...la...merde à 2 mètres !"
"de... de la boue ma chérie. Allez ouvre !"
"Attention, créature monstrueuse, je suis en train de faire un gâteau et je suis armée d'un rouleau à pâtisserie !"
Après un coup de karsher directement sur moi et quelques tractations, elle m'a finalement reconnue et j'ai pu enfin prendre une douche. Mais comment en suis-je arrivé là ?
Retour dans le temps pour expliquer ce conflit dans un couple sans histoire.

Ambarès 15h12. 29 décembre 2012

"Bonjour président Elbueno. Vue toute cette pluie et les terrains boueux, etc,etc… Je pense que la sortie est annulée."
"Non !"
" Euh... Tu sais si il pleut je ne viens pas."
"Je sais mais Cricri Armstrong lui... Il VIENT !"
Le président m'avait envoyé une flèche. Si cricri Armstrong venait, il fallait que je vienne sinon ça jase, ça se moque. J'ai ma fierté !

Ambarès 30 décembre 2012 8h33

Que dire: pas de pluie, cricri vient, je les rejoins sur la place du marché. Ils sont là, heureux même. Ils sont inconscients ou quoi ? Ils ne savent pas qu'on va brasser des tonnes de boues ! Que la roue arrière va faire 3 tours dans le vide avant que le vélo n'avance...ou pas d'ailleurs !
Nous étions 10: Criboue Armstrong, Joboueris, Anbouetoine le photographe, Basilboue, Bouenzo,Elboueno, Albouexandre, Arthus Bouertrand, Michel Elmayomarron et moi Bouetadour.
Cette joyeuse troupe a roulée, enfin glissée, dans la gadoue,sur les hauteurs de Montussan. Jamais on n’avait vu un terrain si mou.  Je n'ai pas compté les chutes mais elles furent nombreuses : n'est ce pas Antoine ? Si les photos sont noires, on saura pourquoi. 1 crevaison : Enzo. Les jambes furent mises à rudes épreuves à force de pédaler dans le vide 1 fois sur deux… On a beau se lamenter pour raccourcir le parcours, Arthus a toujours le don de nous rajouter des chemins boueux en permanence. 
Elboueno s'amuse comme un petit fou dans les flaques. Cricri a serrer les dents, moi aussi. Mais on y était ! La nature est quand même belle surtout quand on s’habille avec : Boue bien grasse, feuilles, herbes, branches, vers de terre étaient collés sur nous. Des visages marrons où seuls nos yeux luisaient. Nous étions méconnaissables... Nous n'avions plus rien d'humains ! Et voilà pourquoi en rentrant chez moi j'ai failli être fracassé par un rouleau à pâtisserie.
A dimanche prochain... peut-être.

Countaboue

L'appareil photo n'a effectivement pas du apprécier la boue, les photos ne sont pas d'une grande qualité... Mon GPS, lui il a carrément eu peur, il n'a pas voulu démarrer !

Antoine

LES PHOTOS100-2759.jpg