Sortie Locale - 20 janvier 2013

Avant de laisser le Basilou vous raconter la sortie de ce matin, quelques précisions s’imposent.
Que vous dire de ma joie d’entendre le réveil sonner tous les dimanches matins ??!! Ce matin encore plus tôt que d’habitude puisque le Toinet n’avait pas préparé sa monture, ou l’avait préparée mais pas comme il faut, ou l’avait préparée mais pas terminée, ou… C’est très compliqué les histoires de vélos chez nous. On se l’échange, on se le reprend, on se le prête, et puis non ce n’est pas possible, alors on le trafique… Le pauvre Basile, il a décidé d’économiser pour avoir une monture digne de ce nom.
Depuis que Basile a décidé de se mettre au VTT en septembre (objectif : devenir champion olympique en 2020), et qu’il a eu la bonne idée d’entrainer son père chez les Déglingués (club chargé de le mener à la médaille d’or), à la maison nous vivons VTT, parlons VTT, respirons VTT, pensons et dépensons (!!!) VTT.
Mais que vous dire également de ma machine à laver que je prépare soigneusement le dimanche matin. Au début j’attendais leurs affaires pour compléter cette fameuse machine, et puis non… ce n’est pas possible !! Je ne peux pas mélanger mon linge à ce qu’ils me ramènent… Alors je m’adapte, je me mets à penser VTT moi aussi.
Je vous l’accorde, rien de bien grave, le Basilou et son papa ont même l’air d’y prendre un peu de plaisir. Et puis, il faut croire que moi aussi puisque je me laisse prendre au jeu du compte-rendu alors que je n’ai rien à y faire…

 La maman Carole du futur champion, qui n’en est pas moins l’épouse du photographe.

 En ce matin 20 janvier 2013 sur la place du marché, je vois Doudoubeach, Elbueno, Mortshuman et son camion blanc, Antoine et Jean-Marc Vibrenque. Et là, qui je vois ? Le grand Arthus Bertrand en jogging et chaussures blanches, beau manteau chaud. Et en plus il ne me dit pas bonjour. Et là je comprends tout il nous fait une JM. Je m’explique une ou deux semaine(s) auparavant, Vibrenque était venu nous dire qu’il ne venait pas à 8h30. Ca ne sert a rien de dire qu’on ne vient pas, on voit que vous n’êtes pas là à 8h45 et on se doute que vous ne pouvez pas venir, je dis juste ça pour les suivants. Nous partons donc avec Elbueno en guide. Je pars avec le vieux SUN VERTIC de papa mais au bout de 5 minutes, j’échange de monture avec papa. J’ai à présent un SUN REVOLT. Nous nous dirigeons tranquillement vers les cannelés. Mais où sont-ils ? On demande à un autre cycliste patineur avec un cannelé sur la tête. Il nous dit de continuer un peu plus loin sur la gauche.

 Arrivés aux cannelés, on se débarrasse de tout le matériel et Thierry part voir le prix : 10 centimes, c’est pas cher. Papa va voir «grand couillon, c’est les caramels qui sont à 10 centimes ». Elbueno part alors se renseigner. Il revient et dit 40 centimes, on donne toutes nos pièces jaunes et il revient avec des jolies petites poches (voir les photos). Certains y retournent pour la famille. Jean-Marc qui se sent obligé de faire ça maintenant, règle l’heure de son compteur. On repart bien refroidis vers le terrain d’entrainement du cyclocross de Lormont avec quelques Basilettes* de Vibrenque et de moi-même. Pour rentrer, je me fais arroser par Elbueno qui saute dans les flaques.

 Une randonnée sympa de 25 km

 Basilette* : gamelle stupide

 Basilou

LES PHOTOS20130120-100546.jpg