Sortie locale - 14 septembre 2014

Ce matin, il s’est produit un miracle sur la place du marché : Elbueno est resté sans voix… muet comme une carpe, quand il a vu le nombre de vététistes présents pour la randonnée : dix huit volontaires étaient motivés pour pédaler. Du jamais vu !!!

Il y avait :
- des habitués comme Lolo (en retard comme d’habitude), Elbueno, Vibrenque…
- des revenants comme Fred (qui s’est fait un look commando pour l’occasion) ou les Ceresa père et fils (manque plus que le saint esprit !)
- des éternels revenants comme Mimi et Odile
- des nouveaux comme Christophe, Antonio (toutes mes excuses pour les deux petits jeunes et le dernier néophyte dont j’ai oublié les prénoms mais ils peuvent se voir sur les photos)
Il y avait même le grand retour des danseuses de Vendays, Jean-luc et Pierrot, plus quelques autres…

 Après avoir versé une petite larme d’émotion, Elbueno a vite repris du coffre et les choses en main pour effectuer quelques réglages avant le départ. Countadour a réussi à crever entre chez lui et la place (200 m de goudron !!). C’est vrai que l’entretien des caniveaux d’Ambarès laisse parfois à désirer mais je n’y ai encore pas vu de ronciers ! Il faudrait plutôt songer à venir avec du matériel en état, M. Countadour !!!

 Ouverture de la chasse oblige et vu le nombre, nous sommes partis en deux groupes vers les parcs. J’ai voulu faire étalage de ma grande technique pour monter un trottoir à pleine vitesse et j’ai explosé ma chambre arrière. Ce n’était que le début d’une grosse journée crevaisons (peut-être six en tout). Je passe sur quelques petites chutes peu glorieuses, ce n’est pas mon genre de me moquer, et je signalerai juste que Countadour a frisé la grosse dépression : il a été obligé de rouler avec un axe de roue dont la goupille se balançait continuellement. Les premiers effets de sa thérapie relaxation et bouddhisme commencent enfin à se faire sentir, il n’a presque pas râlé !

 A part cela, le premier groupe mené par Arthus a réussi à perdre Christophe qui sortait pour la première fois avec nous dans la cité Carriet. C’était même pas un bizutage, on l’a pas fait exprès. Elbueno est devenu Elcolero quand il a appris ça et depuis, il veut tous nous envoyer en formation d’animateur… Sans rancune Christophe, on ne le fera plus !

 Retour à Ambarès en ordre plus que dispersé, il y en avait dans tous les coins mais je crois que tout le monde est rentré.

 Certains d’entre nous se sont retrouvés au pique-nique chez moi pour écouter joyeusement Elbueno nous raconter que ce matin au départ, on était au moins 30 (à l’apéro), au moins 40 (au dessert) et peut-être même 90 (au dijo à la 8ème version). Du jamais vu, je vous dit !!

 Antoine

LES PHOTOS101 4355