Sortie du 02 juin

Les déglingués sont des gens bien curieux !

Cet hiver, dans des conditions à ne pas mettre un vététiste dehors (pluie, brouillard, froid, givre...), nous nous retrouvions régulièrement 10 à 12 pour partir pédaler sur les circuits locaux. Bien sûr, il y en avaient quelques uns qui râlaient (Countadour, Vibrenque), il y avait des spécialistes de la glissade (Basile, Laurent), d'autres ne venaient pas souvent (Jean-Luc, Cricri Armstrong, certains jeunes), Elcrampos avaient déjà les jambes raides et les autres (Mortshuman, Jérémy,  Bruno, Gégé, Rémy...) suivaient en faisant ce qu'ils pouvaient.

Maintenant voilà deux dimanches qu'il fait beau, que les conditions sont agréables, le terrain n'est pas trop sec, il ne fait pas trop chaud, nous ne rentrons plus couverts de boue et il n'y a plus un volontaire pour montrer le bout de la pédale sur la place du marché. Ceux qui ne venaient pas souvent ne viennent plus du tout, les râleurs restent à la maison pour se plaindre auprès de leur femme, Elcrampos ne peut plus plier les jambes, Arthus à force de chercher des nouveaux sentiers à du se perdre car il disparu et les autres ont toujours une bonne excuse : la blessure, le vélo cassé, l'anniversaire du chien,la diarrhée du petit dernier, la visite chez mamie, la cuite de la veille et j'en passe...

Enfin, ce dimanche matin, nous étions quand même cinq courageux (Kinderbueno, Ptit'Arthus, Basile, Laurent le rafale,et moi) à nous retrouver sous l'oeil envieux du président et en présence de Vibrenque (qui nous a servi une excuse pour ne pas venir tellement foireuse que je ne m'en souviens plus). Heureusement que les jeunes sont plus motivés que les anciens. Nous sommes donc partis au GPS faire une boucle vers Tresses et Montussan de 37 km. Le circuit assez routier a quand même carbonisé le pauvre Basile qui a fini plus que péniblement et que l'on a failli perdre deux fois dans les hautes herbes de la campagne avoisinante. Kinderbueno, bien en jambes, et Rémy, fidèle à lui même, ont mieux fini malgré une certaine lassitude.

J'espère vous retrouver nombreux dans quinze jours car dimanche prochain c'est mon tour de ne pas être là (je ne vous dirai pas pourquoi, je ne voudrai pas m'attirer de mauvaises remarques mais je peux vous assurer que mon excuse, moi,  elle est super valable !)

Antoine