Sortie Cubzac les Ponts - 09 décembre 2012 - CR n°2

" hou kon y kaï!" disait le célèbre météorologue Confucius vers 600 avant J.C. Pour ceux qui ne parle pas le chinois : il fait froid aux mains!

En ce dimanche polaire et habillé d'un brouillard épais, Il fallait oser sortir de son lit chaud et prendre son vélo. Seuls quelques hommes et jeunes hommes, que dis je des sur- hommes et sur- jeunes hommes aussi..."des fous!!" me dit countadourette" non, non y avait pas Vibrenque!"... ont bravé cet hiver rude, parsemant les chemins de pièges pour nous empêcher d'avancer. Et aujourd'hui il nous a piégé...
Surgissant de la mélasse, Antoine et son vélo des années 80, Basilou et son vélo au dérailleur coincé, le petit Jérémy bondissant, Morchoumane, Arthus en ouvreur, Rémi en tombeur, Gégésifrédi et Countadour les mains gelées, s'étaient retrouvés sur le port de Cubzac les Ponts à 8h30. Donc 8 présents. Dès les premiers km vers st Romain la Virvée et Asque le givre se formait sur notre équipement anti froid de pro! (gants de plongée pour Gégésiraidiparlefroid, 45euros chez Mérou.com.)

"Y a monvélo ka dératé!" me dit Antoine en essayant de freiner vainement. Un accent chinois parfait En effet ses patins en caoutchouc étaient poreux et ne servaient plus que de décoration."sak ah kiki" me souffle gégégannéoprenne, heureusement que le lecteur ne maîtrise pas le chinois sinon j'aurais honte.
C'est en serpentant dans les Bois au 10eme km que l'accident est arrivé. D'abord un vol plané de maureshuman dans un single technique, puis après un premier incident mécanique (absence de frein), Rémy glissa lourdement sur une racine. Verdict : poignet cassé. Je revois encore la silhouette de son père au loin s'enfoncer dans le brouillard au milieu de nulle part, seul, à la recherche d'un véhicule pour pouvoir rapatrier son fils. Rémy, avec courage, fit une partie du retour à pied en poussant son vélo d'une main… Enfin Arthus le délivra de son supplice grâce sa chevauché fantastique en ramenant la voiture. Nous finîmes la randonnée à 6. Gégé en tête pour nous montrer le chemin de retour, dans la boue. Merci à Antoine pour m'avoir réchauffé les mains car sinon à l'heure qu'il est je serais amputé des 10 doigts! L'hiver nous avait donné rendez-vous et il nous a fait plier. Mais nous n'avons pas rompu car dimanche prochain on s'est promis de revenir! (sauf si il pleut pour moi).

"hi matoumi !" euh.. merci gégé, personne ne comprend de toute façon. (j'ai honte...)

 Countadour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau